Vignette

Musées, professionnels des musées, et COVID-19

Enquête de suivi d'ICOM - novembre 2019

La pandémie de COVID-19 continue d’affecter sérieusement les institutions culturelles dans le monde entier. Si certains musées ont rouvert leurs portes avec des restrictions majeures, d’autres font encore face aux conséquences de la crise à huis clos.

Notre premier rapport, publié en mai dernier, publié en mai dernier, présentait une situation préoccupante pour les musées et les professionnels des musées du monde entier, avec 95 % des institutions culturelles contraintes de fermer afin de préserver le bien-être du personnel et des visiteurs, et de graves répercussions économiques et sociales.

Afin de recueillir davantage d’informations et de données supplémentaires sur l’impact de la pandémie actuelle de la COVID-19 et sur ses conséquences à court et à long terme pour le secteur des musées, nous avons lancé une deuxième enquête mondiale le 7 septembre 2020. La plupart des sections et des questions se référaient à l’enquête précédente, ce qui nous a permis d’évaluer le cours de la crise et sa perception par les professionnels des musées. Certaines questions, en revanche, prenaient en compte l’évolution de la situation au cours des derniers mois, notamment au regard de la réouverture progressive des musées dans certaines régions du monde.

Ce rapport analyse près de 900 réponses de musées et de professionnels des musées sur les cinq continents, qui ont été recueillies entre le 7 septembre et le 18 octobre 2020. Il est important de souligner que, peu après la clôture de l’enquête, l’Europe a commencé à connaître une deuxième vague de confinements généralisés.

RÉSUMÉ DES CONCLUSIONS

  • Par rapport à avril 2020, la situation des musées en septembre-octobre 2020 était beaucoup plus variée selon la région du monde considérée, la plupart des musées étant ouverts en Europe et en Asie, la majorité fermés en Amérique latine et dans les Caraïbes, et une situation mixte dans les autres régions.
  • Les musées n’ont cessé d’améliorer leurs activités numériques. Toutes les catégories de diffusion analysées par l’enquête ont augmenté dans au moins 15 % des musées du monde, un chiffre qui atteint presque 50 % si l’on considère des canaux tels que les médias sociaux, les événements en direct ou les programmes éducatifs en ligne. Le pourcentage de musées ayant lancé un nouveau canal a notamment augmenté pour chaque activité considérée par rapport au mois d’avril.
  • Les professionnels des musées ont recommencé à travailler sur place, mais le principe du siège social est encore largement encouragé ou appliqué, notamment en Amérique latine et aux Caraïbes, en Amérique du Nord et dans le Pacifique
  • 14% des participants ont déclaré qu’une partie du personnel a été placé en chômage partiel ou licenciée. En outre, 16,2 % des répondants ont déclaré qu’au moins un quart du personnel du musée avait été licencié ou mis à pied entre février et septembre 2020 à la suite de la crise COVID-19, un chiffre qui s’élève à plus de la moitié du personnel pour 10,6 % des participants.
  • La situation des professionnels indépendants des musées semble s’être légèrement améliorée depuis avril, mais elle reste alarmante : 10,7 % des personnes interrogées ont déclaré avoir été temporairement licenciées, et 16 % n’ont pas vu leur contrat renouvelé. Le secteur des free-lances est très fragile : 40,9% des personnes interrogées ont déclaré qu’elles devront suspendre le paiement de leur propre salaire en raison de la crise, et 28,9% ont déclaré que leurs entreprises devront réduire le nombre de leurs employés, 27,5% envisagent de changer complètement de carrière.
  • De même, presque tous les musées du monde entier devront probablement réduire leurs ressources et leurs activités en raison de la pandémie COVID-19. 30,9% réduiront leur personnel permanent, passant à 46,1% pour les freelances et les contrats temporaires. Bien que les participants semblent moins inquiets de la réduction des expositions (62,4 % des cas) et des programmes publics (67,4 %) qu’en avril (82,6 %), le chiffre reste préoccupant. Le pourcentage de répondants qui pensent que leur musée va fermer définitivement passe de 12,8 à 6,1%, mais plus de 50% des participants pensent que leur institution devra fonctionner avec des heures d’ouverture réduites.
  • Les données montrent encore de profondes différences régionales, et des effets plus prononcés là où les musées sont récents et peu nombreux, et où les structures sont encore fragiles : l’Asie, les pays arabes et l’Amérique latine et les Caraïbes semblent être les régions les plus touchées lors de cette deuxième enquête.
  • En général, la sécurité et la conservation du patrimoine dans les musées se sont poursuivies : environ 80 % des personnes interrogées ont déclaré que les mesures de sécurité et de conservation étaient maintenues, une plus grande partie d’entre elles les ayant renforcées pour faire face à la crise par rapport au mois d’avril. Toutefois, en Afrique, en Amérique latine et aux Caraïbes et dans les pays arabes, ces mesures ont été jugées insuffisantes par 15 à 20 % des participants.

Une fois de plus, l’ICOM, qui représente la communauté internationale des musées, appelle les responsables politiques et les décideurs à allouer d’urgence des fonds de secours pour sauver les musées et leurs professionnels, afin qu’ils puissent survivre à la crise et poursuivre leur mission vitale de service public. La reprise de nos économies et le processus de guérison de nos sociétés après la crise COVID-19 seront longs et complexes. Les musées, en tant que protagonistes exceptionnels du développement local et en tant que lieux incomparables de rencontre et d’apprentissage pour tous, auront un rôle important à jouer dans la reconstruction de l’économie locale et dans la réparation du tissu social des communautés touchées.

Lire le rapport complet