Thumbnail

Louis André (1960-2019)

Conservateur du patrimoine, il co-dirigeait le Master MAGEMI à Rennes-II
Thumbnail

 

Louis André nous a quittés, à 58 ans. Conservateur du patrimoine, il avait rejoint le Musée des arts et métiers en 1991 après un début de carrière au service de l’Inventaire général en Champagne-Ardenne et la direction du Musée des mines de fer de Neufchef-Aumetz en Lorraine. Louis a joué un rôle majeur au sein de la jeune équipe qui a conduit la rénovation de ce Musée bicentenaire dont la collection d’objets et de dessins techniques est unique au monde. Premier responsable des collections Communication et Transports, il a été co-commissaire de l’exposition de préfiguration du Musée rénové organisée en 1997 au Palais de la découverte sur le thème « La mécanique au temps des automates ».

Grand conteur d’histoires d’objets, Louis savait mieux que quiconque illustrer l’entrée de l’Avion de Blériot au Conservatoire des arts et métiers, le premier accident automobile de l’histoire avec le Fardier de Cugnot ou l’Alliage du Conservatoire si important pour la mise en place du système métrique. Ses articles dans La Revue du Musée, ses ouvrages sur « Les Machines à papier », « L’Abbaye de Fontenay » ou « Aristide Bergès » témoignent de sa grande rigueur et de sa parfaite érudition en histoire des techniques.

En 1999, Louis André quitte le Musée pour une autre vie professionnelle, celle d’un enseignant-chercheur unanimement reconnu et apprécié par ses collègues et ses étudiants. Il est nommé Maître de conférences à l ‘université de Clermont-Ferrand puis à Rennes-II où il co-dirigeait un Master et préparait ses étudiants aux concours de l’Institut national du Patrimoine qu’il connaissait bien.

Très engagé dans la vie associative, Louis André était également secrétaire général du CILAC, l’Association pour l’étude, la conservation et la mise en valeur du patrimoine industriel en France. A ce titre, il a largement contribué à la réussite du XVI° Congrès sur le Patrimoine industriel qui s’est tenu à Lille en 2015 et a assuré avec succès la transformation de la revue du CILAC Patrimoine industriel. Tout récemment il était à Morlaix pour conseiller les responsables du projet Espace des Sciences dans l’ancienne Manufacture des Tabacs.

Le Musée des arts et métiers aujourd’hui se souvient de toutes les années où plus jeune Louis brillait par sa créativité, son dynamisme, sa compétence bien sûr et aussi son humour. Notre Musée rénové lui ressemble, inventif, généreux, rigoureux, attentif aux publics et à nos partenaires. Merci Louis pour tout ce que vous avez apporté à vos collègues qui restent désemparés.
Nous pensons avec beaucoup d’affection à votre famille, à votre épouse, à vos trois filles et à cette ville du Mans où vous résidiez. Le Mans, ville de la famille Bollée, Amédée, Louis et encore Amédée, vous racontiez si bien l’histoire de L’Obéissante premier « autobus » à vapeur qui en 1875 relia pour la première fois Le Mans à Paris en 18 heures ! Avec d’autres véhicules historiques L’Obéissante est en bonne place dans l’ancienne église de Saint Martin des Champs devenue à la Révolution Conservatoire des arts et métiers et Panthéon des techniques.

Merci Louis, nous ne vous oublions pas.

Anne-Laure Carré
et Dominique Ferriot