Thumbnail

Lettre de l'été 2020

Édito par Juliette Raoul-Duval, présidente
Thumbnail

Chers membres d’ICOM France, chers collègues,

Nombre d’entre vous accueillent de nouveau leurs visiteurs depuis quelques semaines. Chacun doit pour cela penser à des parcours et programmes de visite conjuguant plaisir et sécurité sanitaire, conforter la visibilité numérique et sur les réseaux sociaux que le confinement a parfois révélée, et tout à la fois revoir ses budgets, l’organisation du travail, la conservation des collections qui a souvent subi des retards... 

Pour vous accompagner, ICOM France a lancé un cycle de conférence sur zoom, accessible à tous ses membres. Un mercredi sur deux, de 14 h à 15 h 30, vous pouvez retrouver vos collègues et échanger vos expériences, partager vos bonnes pratiques et témoigner des difficultés rencontrées... Appartenir à une association professionnelle de l’envergure d’ICOM prend tout son sens en pareil période : avec 5600 collègues issus de tous les corps de métier de tous les musées, vous formez un réseau dense de compétence et de solidarités.
Prochaine séance : le 12 août, sur le thème : « Conservation, restaurations, sécurité des œuvres, veille sanitaire … où en êtes-vous ? »

Certains adhérents suivent aussi avec attention l’activité du réseau international de l’ICOM. Depuis la Conférence Générale de Kyoto en septembre 2019, des débats passionnément vifs se sont déroulés autour de la « nouvelle définition des musées » et de la vision des musées dans la société que notre organisation promeut. Forte de près de 50 000 membres dans 135 pays, l’organisation qui a vu le jour il y a plus de 70 ans à Paris a vu le nombre de musées s’accroitre continûment et le nombre de ses membres doubler en 20 ans. Elle est composée aujourd’hui de professionnels très diversifiés, issus d’univers culturels et politiques hétérogènes, les divergences de vue étaient sans doute inévitables. Elles ont été profondes, entrainant la démission de la présidente du comité en charge de la « définition du musée » et, à sa suite, de cinq de ses membres ; puis de la Présidente d’ICOM international, de deux autres membres du conseil d’administration et plus récemment de la Trésorière. Une nouvelle équipe compose aujourd’hui le Conseil d’Administration de l’ICOM, avec à sa présidence notre collègue italien Alberto Garlandini, auparavant Vice-président. 

C’est dans ce climat - et en pleine crise sanitaire - que s’est tenue l’assemblée générale annuelle le 24 juillet 2020.  En lieu et place de la réunion qui se déroule habituellement à Paris - à l’Unesco-,  les délibérations se sont tenues sur une plate-forme numérique, format auquel nous avons su nous habituer en si peu de temps !! Certains ont souligné une participation exceptionnelle de nombreuses délégations qui n’auraient pas pu faire le voyage à Paris. Ce succès dû à la technique mérite d’être apprécié mais ne peut pas masquer que les débats réels se construisent dans la durée et souvent hors micro : dans les espaces de convivialité où se nouent les liens les plus intenses et se débattent les points de vue les plus sincères. Félicitons donc sincèrement les organisateurs pour leur prouesse technique, remercions vivement le nouveau Président Alberto Garlandini pour ses engagements à conduire un audit externe et à consulter davantage les comités nationaux et internationaux, mais n’en restons pas là. Nombre de questions que nous avions posées, préalablement et par écrit comme demandé, n’ont pas trouvé réponse dans un tempo réduit de 3,5 jours à 3,5 heures. Nous attendons maintenant des éclairages complémentaires, notamment sur les équilibres économiques de notre ONG. Nous attendons aussi une réflexion loyale sur les « critères d’adhésions », qui diffèrent de manière sensible d’un comité à l’autre, créant des inégalités entre membres et fragilisant le socle de « professionnel de musées » qui fonde notre unité. L’harmonisation est à rechercher, même si l’on mesure qu’elle doit s’adapter aux réalités locales ; l’accroissement quantitatif n’est un objectif que s’il contribue à la force et à la cohérence du réseau : le cas échéant, on doit connaître les projets que les cotisations des membres permettent de porter. Pour notre part, nous proposerons aux membres d’ICOM France en septembre une grille de « métiers des musées » ouvrant droit à l’adhésion à ICOM. Dès la prochaine campagne d’adhésion, chacun d’entre vous aura à renseigner en ligne sa famille de métier et le niveau auquel il s’exerce. Cela nous permettra de mieux vous connaître, de construire des actions qui s’adressent à tous et aussi de repérer des catégories sous-représentées par rapport à la réalité des musées. Une « grille » est en cours d’élaboration, elle n’est pas immuable et s’enrichira de vos suggestions. Nous comptons sur vous pour nous y aider. 

Enfin, après cette Assemblée générale virtuelle, nous savons que les travaux sur la « nouvelle définition des musées » vont reprendre. ICOM France s’était fortement mobilisé, c’était son rôle en tant que l’un des plus importants comités d’ICOM, comité fondateur qui rassemble aujourd’hui le plus grand nombre de membres dans les comités internationaux. Nous avons organisé à Paris, le 10 mars dernier, la réunion de 41 comités nationaux et internationaux : les actes de ces journées sont en ligne et sont également édités, en français et en anglais
Il s’agit maintenant d’agir pour qu’émerge un consensus sur ce qui définit le musée aujourd’hui. 

Le 25 septembre se tiendra la journée professionnelle annuelle et l’Assemblée Générale d’ICOM France. Cette année nous nous retrouverons à Strasbourg pour parler de Reconstruction après les épreuves que nous avons traversées. Nous remercions nos collègues de Strasbourg – en particulier Paul Lang, directeur des musées de la Ville - de leur accueil ainsi que les nombreux professionnels qui ont accepté d’intervenir. Le Président de l’ICOM - Alberto Garlandini – sera parmi nous. Selon notre tradition, un ensemble de visites de sites sera proposée aux participants le deuxième jour, notamment la présentation des réserves commune des musées de la ville de Strasbourg – l’Union Sociale - par son architecte Alexandre Chemetoff.
Consulter le programme 

Nous restons à votre écoute tout l’été. N’hésitez pas à nous contacter.

Bon été à tous