Thumbnail

Lettre d'avril 2021

Édito par Juliette Raoul-Duval, présidente
Thumbnail

Chers membres de l’ICOM,

Chers collègues,

Voilà à peu près 400 jours que la crise sanitaire a bouleversé nos vies. Aujourd’hui, nous sommes tous dans l’attente, dans l’espoir, d’annonces concernant la reprise d’activité et les réouvertures des lieux culturels, au premier rang desquels doivent être les musées... Quel processus sera retenu - progressif ? territorialisé ? Déjà, en février, nous avions consulté nos membres institutionnels pour envisager, avec le service des musées de France, la manière la plus responsable d’accueillir à nouveau des publics : contrôle des flux, gestes barrières, différenciation des publics individuels, familiaux, scolaires, adaptation des amplitudes horaires … Tous ceux qui avaient répondu témoignaient de la même hâte et détermination : les musées sont prêts.

J’ai, le 14 avril dernier, adressé un courrier à Madame la ministre pour porter à nouveau les messages et préoccupations que vous nous relayez. ICOM France sera reçu avant la fin du mois d’avril au ministère - service des musées de France - conjointement avec la FEMS, l’AGCCPF et l’Amcsti. Cette unité de nos organisations professionnelles est particulièrement précieuse pour nos membres respectifs, en ce moment. N’hésitez pas à nous faire part de vos attentes.

C’est également en alliance avec la FEMS, l’Amcsti, le réseau Plein Sud et à l'initiative du CIPAC que nous avons adressé une lettre au Président de la République, que la presse a largement relayée. Cette adresse visait tout à la fois à rappeler notre conscience de la situation sanitaire et notre besoin d'information et de dialogue quant au calendrier de réouverture des établissements culturels. « Depuis un an, écrivions-nous, les lieux que nous rassemblons ont prouvé leur volonté de s'adapter sans relâche à toutes les mesures sanitaires et leur faculté à accueillir leurs publics, leurs équipes et les artistes, dans le plus strict et scrupuleux respect des protocoles et des gestes barrières.
Il avait été annoncé il y a deux mois que les musées et lieux d'exposition, fermés depuis le 30 octobre dernier, seraient «
les premiers convoqués à la réouverture » dès qu'une décrue du COVID serait assurée.
Qu'en est-il de cette promesse d'ouverture anticipée aujourd'hui ?
 »

La perspective de réouverture le 17 ou 18 mai semble se profiler. Les conditions doivent encore être précisées, confirmées. Nous vous les communiquerons sur ce site sans délai, soyez-en sûrs.

Le 18 mai, justement, c’est la journée internationale des musées que l’ICOM a créée depuis 1977 : cette année, nous vous proposons d’y participer personnellement : enregistrez sur vos smartphones une courte vidéo (30 s), dites en quelques mots pourquoi les musées sont essentiels, ce qui vous a manqué, ce dont vous avez rêvé… si vous voulez, faites parler vos collègues, vos amis, vos enfants : laissons ensemble une trace de ces mois « sans » ! Nous ferons un montage de vos témoignages et le diffuserons le jour J sur notre site.

Vous êtes nombreux à nous encourager à poursuivre notre activité de débats entre tous les membres, sur les sujets les plus actuels comme sur les enjeux de plus long terme. C’est votre présence constante, celle aussi de nos collègues à l’international, qui en font la richesse :

  • Vous avez été 450 à suivre en direct la soirée-débat organisée conjointement avec l’INP sur « Recherche et musées » et 700 à vous connecter, de toutes les régions en France et de plus de trente pays différents.
     
  • Avec notre nouveau cycle « Solidarités » , co-construit avec nos homologues finlandais, grecs, israéliens et le soutien d’ICOM à l’international, nous réunissions sur zoom chaque mois entre 150 et 200 participants de tous les coins du monde. Il se poursuivra jusqu’en octobre.
     
  • Le 3 juin prochain, nous nous retrouverons à nouveau pour une soirée-débat-déontologie avec l’INP sur l’« ingénierie culturelle » 
     
  • Les 24 et 25 septembre, virtuellement et physiquement si nous le pouvons, nous tiendrons nos journées professionnelles annuelles et notre assemblée générale. Ce sera à Nice, au musée national du Sport, le thème s’est imposé : « les musées font équipe » ! Merci aussi aux musées nationaux du XXème siècle des Alpes Maritimes et aux musées de la ville de Nice de leur implication dans le programme, que vous trouverez sur notre site dans quelques jours.

A l’international, l’activité d’ICOM est dense :

  • L’enquête auprès des membres est relancée et nous vous invitons à y participer le plus possible. Les informations recueillies en mai et octobre 2020 ont permis de connaître la situation des musées et de leurs personnels dans le monde entier, de comparer nos mesures sanitaires, économiques et sociales, de nous tourner vers l’avenir. Nous aurons besoin dans les prochains mois de prendre la mesure la plus juste possible des conséquences de la COVID et des politiques efficaces de reconstruction. Vos réponses nombreuses font la justesse de ces états des lieux
     
  • La définition du musée reste un sujet d’actualité pour notre organisation. Nos avons lancé un questionnaire, vous avez été 160 à répondre, merci ! Sur ce site nous vous ferons une synthèse des propositions recueillies, disons d’emblée que vous êtes attachés à une définition qui rassemble, sobre dans sa structure, plaçant les collections et l’accessibilité au cœur du musée. Avec nos homologues, belges, allemands, italiens, grecs, canadiens … nous avons eu d’intenses échanges et constaté nos convergences. L’amitié entre nos comités nationaux portera, j’en suis convaincue, le meilleur pour l’avenir.
     
  • Le code de déontologie de l’ICOM est aussi en cours d’actualisation, indissociable de la réflexion sur la définition du musée. Nombre de commentaires du questionnaire évoqué plus haut y trouveront leur place. Dites-nous si vous avez connaissance de travaux portant sur la déontologie des musées, qui pourraient être utiles à son enrichissement.
     
  • Une seconde phase de l’appel d’offre « Solidarité » va s’ouvrir, en particulier en direction des pays les plus touchés par la pandémie.
     
  • Le développement durable est l’un des enjeux d’avenir des musées et l’ICOM en fait une priorité avec un comité ad hoc. Certains membres nous ont demandé de créer un groupe de travail au sein d’ICOM France, faisons-le ensemble ! Rapprochez-vous de nous pour proposer vos contributions, vos suggestions.    

Après ces longs mois de danger et d’inquiétude, mais aussi d’inventivité et de créativité dans tous les musées du monde, le paysage muséal ne sera plus le même. Il faudra réinventer des modalités de travail, de communication avec nos publics, avec nos gouvernants, entre nous.

Le rapport de l’UNESCO donne des indications majeures pour comprendre l’impact de la pandémie sur les institutions muséales et les défis qu’elles auront à relever. Il permet aussi d’explorer les moyens de soutenir les musées au lendemain de la crise.
« Il est urgent, dit sa directrice générale, de renforcer les politiques de soutien pour ce secteur qui joue un rôle essentiel dans nos sociétés, pour la diffusion de la culture, la cohésion sociale et le soutien à l’économie ».

Ce sera notre tâche dans les mois à venir d’élaborer, avec vous, des propositions en ce sens, de consolider les acquis, réels, en termes de solidarité et d’innovations et de projeter le musée au cœur de la société et accessible à tous, que vous appelez de vos vœux dans vos réponses à notre questionnaire.

Portez-vous bien !