ICOM France

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

accueilActivitésComités internationaux › 2008

Réunions des Comités internationaux en 2008

INTERCOM - Gestion

Du 24/11/2008 au 28/11/2008

24 - 28 novembre 2008, Rotorua (Nouvelle Zelande)
Thème : "Museums, tourism and the visitor experience"

CIMAM - Musées et collections d'art moderne

Du 17/11/2008 au 18/11/2008

17 - 18 novembre 2008, New York (Etats Unis)
Thème : "The shape of Memory: the Museum and its Collections"

ICME - Musées et collections d'ethnographie

Du 17/11/2008 au 19/11/2008

17 - 19 novembre 2008, Jérusalem (Israël)
Thème : "Migration, Diaspora, Pilgrimage, Museum and Cultural Perspectives"

ICMAH - Musées et collections d'archéologie et d'histoire

Du 12/11/2008 au 16/11/2008

12 - 16 novembre 2008, Nouvelle Orléans (Etats Unis)
Thème : “Museums and Disasters”

ICAMT - Architecture et techniques muséographiques

Du 12/11/2008 au 16/11/2008

12 - 16 novembre 2008, Wellington and Auckland (Nouvelle Zélande)
Thème : “Museum Developments - Big and Small”

ICEE - Echanges d'expositions

Du 09/11/2008 au 12/11/2008

9 - 12 novembre 2008, Wellington (Nouvelle Zélande)
Thème : "Exhibition Worlds : Natural, Cultural, Virtual"

Réunion annuelle du comité ICOM/ ICEE
Au Te Papa Museum à Wellington, Nouvelle Zélande, du 9 au 11 novembre 2008

Le comité international ICOM/ICEE (International Committee for Exhibitions and Exchange) a tenu son assemblée annuelle au Te Papa Museum en novembre 2008. Il est actuellement composé de 235 membres.

Une quarantaine de représentants de 12 pays ont assisté aux différentes sessions organisées autour du theme “Exhibition Worlds : natural, cultural and virtual” pendant trois journées.

La conférence a été organisée au sein du Musée de Welllington, le Te Papa Museum. Ce congrès a été inauguré par une cérémonie traditionnelle Maori, la “Powhiri Welcome Ceremony” qui a trouvé tout son  sens dans l’accueil particulièrement chaleureux des members étrangers.

Après le mot de bienvenue de la présidente du comité, Dr. Nancy Zinn, Associate Director of The Walters Art Museum at Baltimore, et de Seddon Bennington et Arappata Hakiwai, directeur adjoint et directeur du  Matauranga Maori à Te Papa, la première session, présidée par Helen Larsson, Conservatrice au State Historical Museum de Stockholm et présidente d’ICOM Suède, a permis un échange très intéressant entre un Professeur de Didactique et un responsable d’exposition temporaires. Le débat portait sur la perception du travail d’équipe au sein d’un projet muséographique, difficile, qui alliait des scénographes, des historiens, des artistes, des spécialistes de l’éclairage autour d’un thème de société : l’image de la Vierge Marie. Le public était associé dès le début de l’expérience, lors de le préparation de l’exposition et du montage. La discussion portait sur la représentation et le rôle de ces expositions, “It is a room to be in, not just an exhibition”.
La deuxième session, présidée par Nicolas Gauvin, Responsbale des Expositions au Musée de la Civilisation au Canada, était consacrée aux différentes méthodes d’organisation des expositions temporaires, avec des particularités dans certaines structures, certains pays et des rôles joués par les acteurs des expositions, des études de cas permettaient d’alimenter le discours, comme une exposition sur la rivière au National Maritime Museum de Sidney ou au Chicago History Museum aux Etats-Unis.

Un temps fort et original de cette réunion annuelle est le Market Place, où chacun peut en 5 minutes présenter les projets d’expositions itinérantes en cours de préparation ou accessibles à l’étranger.

La troisième session, présidée par Anne-Catherine Hauglustaine, responsable de la mise en place du Jardin des Sciences à l’Université de Strasbourg, en France, portait sur les différentes façons de traité de la Nature dans les expositions temporaries, sujet d’actualité qui peut être présenté via de photographies magnifiques de la beauté de notre nature ou d’images de catastrophes climatiques ou d’interactifs expliquant le fonctionnement de notre environnement et ses excès. L’occasion pour Susan Norton de présenter la genèse de l’exposition “The World through Animal  Eyes” présentée au National geographic Museum de Washington.

Une autre particularité de ces réunions annuelles est le Study Touring, où chacun peut visiter des expositions avec les responsables des institutions, outre le Te Papa Museum, deux autres institutions ont été visitées, le Pataka museum of Arts and Culture à Porirua et le City and Sea museum de Wellington.
La dernière journée a été clôturée par une session sur l’utilisation des nouvelles technologies dans les expositions temporaires, avec une présentation détaillée de la nouvelle exposition du Te Papa Museum, Our Space, un petit bijou de technologies!

Ces journées ont été marquées par des échanges très intéressants aves nos collègues de Nouvelle Zélande dont l’accueil, la disponibilité et la volonté d’échange étaient excellents.

La prochaine réunion annuelle de ce comité aura lieu à Chicago, au Field Art Museum, du 9 au 11 novembre 2009 autour du thème  “ Making the World Smaller: Crossing Boundaries with Exhibitions”

Venez nombreux!

Anne-Catherine Hauglustaine
Responsable de la Coordination du Jardin des Sciences de l’Université de Strasbourg,
Membre du Comité ICOM/ ICEE.

 

Deux vues du Te Papa Museum à Wellignton

(photos : ACH)

Le Te Papa Museum

Entrée du Te Papa Museum

MPR - Marketing et relations publiques dans les musées

Du 02/11/2008 au 07/11/2008

2 - 7 novembre 2008, Paraty et Rio de Janeiro (Brésil)
Thème : "Communicating Cultural Heritage to the Young"

ICOMON - Musées bancaires et monétaires

Du 27/10/2008 au 29/10/2008

27 - 29 octobre 2008, Utrecht, Leidseweg (Pays-Bas)
Thème : "Money museums and the flow of information"

ICOM-GLASS - Musées et collections du Verre

Du 27/10/2008 au 31/10/2008

27 - 31 octobre 2008, Nancy (France)
Thème : "French glass. Past, present and future"

ICR - Musées régionaux

Du 20/10/2008 au 24/10/2008

20 - 24 octobre 2008, Pittsburgh et Johnstown, Pennsylvania (Etats Unis)
Thème : "Regional Museums in a Post Industrial Age"

AVICOM - Audiovisuel et nouvelles technologies de l'image et du son

Du 16/10/2008 au 17/10/2008

16 - 17 octobre 2008, Gatineau-Ottawa (Canada)
Festival international de l'audiovisuel et du multimédia sur le patrimoine. Fiamp 2008

ICFA - Musées et collections de Beaux-Arts

Du 14/10/2008 au 18/10/2008

14 - 18 octobre 2008, Athènes (Grèce)
Thème : La Grèce et le monde : échanges artistiques et influences de 1800 à nos jours

Compte rendu de la réunion

par Jacques KUHNMUNCH, Trésorier du Comité ICFA


Le Comité ICFA de l’ICOM a tenu sa réunion annuelle à Athènes, du 14 au 18 octobre 2008, sous la présidence de Stephen Lloyd.

Le Comité a ainsi répondu à l’invitation du Comité grec et de sa présidente, Suzanne Houlia-Kapeloni.  L’organisation de ce séjour a été parfaite et tous  les participants ont été frappés par le dynamisme, l’enthousiasme et la gentillesse du comité grec. Le thème retenu, « La Grèce et le monde : échanges artistiques et influences de 1800 à nos jours » a donné lieu à plusieurs exposés retraçant l’influence de la civilisation et de la culture grecques sur l’art «  occidental » et sur les artistes voyageant en Grèce au début du XIXe siècle, tels G.B. Lusieri. Ce dernier a  notamment peint et dessiné le Parthénon ou le Monument de Plilopapos avec une atmosphère si caractéristique et une lumière crue et parfois violente. Les interventions les plus pertinentes ont essentiellement porté sur la présence des artistes helléniques à Paris tout au long du XIXe siècle et leur participation aux différents Salons de peinture où ils sont confrontés à des styles très éloignés de leur approche encore marquée par leurs racines byzantines.

Plusieurs visites étaient également programmées, comme celle du nouveau Musée de l’Acropole, encore en chantier et spécialement ouvert pour l’occasion, en présence des architectes, des muséographes, des restaurateurs et des conservateurs. Chacun a pu apprécier la richesse du Musée Benaki (collections de costumes, de céramique…) ou encore l’atelier du décorateur de théâtre Yannis Tsarouchis ( 1910-1989).

La prochaine réunion est programmée à Rome en novembre 2009.

ICTOP - Formation du personnel

Du 09/10/2008 au 11/10/2008

9 - 11 octobre 2008, Lisbonne (Portugal)
Thème : "New Approaches to Museum Studies and Training. A Critical Review"

CAMOC - Musées de villes

Du 06/10/2008 au 08/10/2008

6 - 8 octobre 2008, Séoul (Corée)
Thème : "City museums and the future of the city"

IC-MEMO - Musées à la mémoire des victimes de crimes publics

Du 06/10/2008 au 08/10/2008

6 - 8 octobre 2008, Oswiecim (Pologne)
Thème : "History and Presentation : The Places of Nazi Crimes"

ICOM-Costume

Du 06/10/2008 au 10/10/2008

6 - 10 octobre 2008, Santiago (Chili)
Thème : "Colonial Fashion"

CECA - Education et action culturelle

Du 29/09/2008 au 03/10/2008

29 septembre - 3 octobre 2008, Montréal, Québec (Canada)
Thème : "Tourisme culturel : Tendances et stratégies"

Compte rendu de la réunion

par Claire-Merleau Ponty, École du Louvre

Le colloque international d’ICOM CECA s’est déroulé cette année à Montréal du 29 septembre au 3 octobre. Organisé par Pointe-à-Callière, musée d’archéologie et d’histoire de Montréal, et le Centre des sciences de Montréal, il avait pour titre « Tourisme culturel : tendances et stratégies ». Des professionnels du monde en entier (une trentaine de pays représentés) ont échangé leurs expériences et leurs idées pour travailler sur les offres que les musées peuvent faire au tourisme culturel international en terme d’éducation et d’action culturelle.

L’assemblée générale annuelle du CECA s’est tenue durant ce colloque.

N’ayant eu la possibilité d’assister qu’à la dernière journée du colloque, je ne peux que témoigner de la satisfaction dont m’ont fait part les participants. Des interventions et des tables rondes ont traité des pratiques et des stratégies muséales destinées aux touristes à travers le monde. Tourisme et médiation, tourisme et pédagogie et tourisme et marketing ont fait l’objet de plusieurs communications. Elles ont donné un riche panorama et fourni une analyse de ce qui est proposé par les musées à ce public en plein développement. La psychologie, les attentes et les réactions de ce type de visiteurs ont été étudiées et des propositions d’actions culturelles et pédagogiques ont été échangées.

La dernière journée, intitulée « Marché aux idées », a permis à la quinzaine d’intervenants, aux origines variées : Amérique du sud et du nord, Europe de l’est et du nord, de présenter des expériences et des programmes originaux, et de rendre compte des réussites et des échecs, ouvrant ainsi des perspectives d’actions et de collaborations nouvelles.

ICMS - Sécurité dans les musées

Du 22/09/2008 au 26/09/2008

22 - 26 septembre 2008, Amsterdam (Pays-Bas)
Thème : "Analyse du risque et gestion intégrée du risque"

Compte rendu  de la conférence
par Serge Leroux  et Michel Morin, Ministère de la Culture


La conférence du comité sécurité de l'ICOM  (ICMS) s'est déroulée à Amsterdam du 22 au 26 septembre 2008. Elle a regroupé environ 120 participants représentant 25 pays, parmi lesquels trois représentants français, Isabelle Rollet (BNF), le Lieutenant-Colonel Michel Morin (mission sécurité) et Serge Leroux (Direction des Musées de France).

Les diverses présentations et conférences avaient pour objet de présenter la doctrine de la gestion intégrée du risque dans les établissements muséaux. Nous avons pu visiter plusieurs musées, sous l'angle de la sécurité, en particulier le Van Gogh Museum, le Rijksmuseum et le Frans Hals Museum

La seconde étape du congrès consistait à réaliser une analyse des risques dans des musées d’Amsterdam, selon la méthode néerlandaise et d’en restituer les conclusions.

La stratégie d’une gestion intégrée du risque
Les sinistres et les actes de malveillance constatés aux Pays-Bas ont conduit les autorités, y compris par les autorités de l’état, à mener une véritable politique de la sécurité.

Cette mobilisation, a permis d’améliorer la sécurité dans les musées, tant sur le plan incendie que sur celui du vol/malveillance.

La démarche a consisté à réaliser une véritable analyse du risque dans les établissements, selon une méthode précise et selon des critères préalablement définis.

Ensuite et selon les priorités définies, les chefs d’établissements mettent en œuvre un plan de sécurité incluant l’amélioration des installations techniques et la mise à niveau des personnels autant que de besoin.

A l’évidence, dans ce pays, la sécurité est prise en compte au plus haut niveau et l’élaboration des plans s’effectue de manière transversale (police-pompiers-chef d’établissement-inspection-représentants de la ville).

Lorsque les plans sont finalisés, les partenaires se réunissent une ou deux fois par an pour les mettre à jour et /ou les améliorer. À ce jour, beaucoup de villes participent au programme de prévention. Cette formule, qui est stimulée par le Ministère de Culture, est d’ores et déjà appliquée dans tout le pays.
La sensibilisation des chefs d’établissement (conservateurs) à la sécurité apparaît pleinement intégrée et admise.

Des avancées techniques
Contrairement à l’option française, les pays de l’est et du nord de l’Europe développent les systèmes d’extinction automatique par « brumisation » dans les réserves. L’avantage essentiel de ce procédé étant le peu de dégâts des eaux en cas de déclenchement. Ce système ne s’est pas développé en France en raison d’une attitude encore trop frileuse des industriels nationaux et des préventionnistes.

Il semble intéressant de développer ce procédé parfaitement adapté aux réserves des musées et à celles des archives. Une norme européenne vient d’ailleurs d’être publiée.

Sûreté :
En matière de sûreté, les visites techniques et les présentations faites par les responsables sécurité du Rijksmuseum, du musée Van Gogh et du Kröller-Müller ont été enrichissantes. Nous avons retenu en particulier :

  • que le musée Van Gogh, qui avait subi un vol avec effraction en 2002, a effectué un diagnostic de la résistance de ces façades et issues et imposé un retard à l’effraction de l’ensemble des ouvrants de 20 minutes, alors même qu’il maintient dans le bâtiment, en période nocturne, plusieurs agents de sécurité ;
  • Le personnel de surveillance est maintenant interne et non externalisé comme par le passé. Le personnel est formé et pérennisé. Cette formule apparaît à la direction du musée à la fois comme la plus efficace et aussi la plus économique ;
  • Les équipements techniques d’alarme et de vidéo surveillance sont comparables à ceux mis en place dans les grands musées français. Les équipements de détection rapprochée sur les œuvres (DRO) sont plus développés que chez nous, avec des matériels que nous connaissons et utilisons également.
  • Ces équipements sont également installés dans des musées plus petits, tels que le Frans Hals Museum à Haarlem, qui a également été victime d’un cambriolage en 2002 (les cinq tableaux volés, retrouvés récemment, qui sont à nouveau présentés au public).
  • Mr Theo Vermeulen a fait une présentation intéressante au sujet de la création, en 2007,  aux Pays-Bas d'un centre d'expertise sur la sûreté et la sécurité des institutions patrimoniales, qui doit recueillir des éléments statistiques sur les incidents, les causes, les risques et modes opératoires pour ce qui concerne les vols,... et diffuser des informations sur les moyens de prévention (site web « www.kvce.nl »). Ce centre est maintenant opérationnel.
  • La méthode d'évaluation de la sécurité, pour les musées, appelée GRASP, mise au point par AXA Art, qui comporte 2000 questions, sous une forme de QCM, nous a été également présentée rapidement.
  • Les grands musées sont incités à développer les opérations de réceptions ou évènements dans le musée, générateurs de recettes, qui ont, bien évidemment, des incidences sur le plan de la sécurité et nécessitent des procédures particulières (séparation des espaces, contrôle des prestataires, etc…).
  • Le musée Van Gogh et le Rijksmuseum ont également réalisé, en quatre ans, un poste de sécurité et télésurveillance commun aux deux établissements, qui pourra accueillir également dans le futur, le raccordement d’autres établissements . Les opérateurs qui travaillent dans ce nouveau PC sont mutualisés, mais chaque musée conserve ses équipes d’intervention (à l’intérieur du musée pour le Rijksmuseum et le Van Gogh Museum).

Conclusion :
Cette conférence a été conduite de façon très professionnelle par le comité organisateur : Hanna Pennock (State Inspectorate for Culture Heritage) , Marja Peek (Netherlands Institute for Culture Heritage), Dick Drent (musée Van Gogh) et Willem Hekman (Rikjsmuseum).
Cette conférence a permis de confirmer un certain nombre de choix techniques que l’on préconise, lors de nos visites, dans les musées français.

Les échanges avec les responsables de sécurité des grands musées mondiaux ont été très fructueux notamment pour ce qui concerne l’organisation de la sécurité et l’analyse du risque. Ces domaines seront de nouveau au cœur des débats lors de la prochaine réunion de l’I.C.M.S, qui aura lieu en septembre 2009 à Québec.

Le responsable de l’organisation de cette conférence est Louis Letourneau, chef de la sécurité du musée de la Civilisation à Québec, membre actif d'ICMS depuis plusieurs années. Il souhaite une forte représentation française à cette conférence.

ICOM-CC - Conservation

Du 22/09/2008 au 26/09/2008

22 - 26 septembre 2008, New Delhi (Inde)
Thème : "Diversité dans la Conservation du Patrimoine : Tradition, Innovation et Participation"

ICOM CC 15è conférence triennale New-Delhi

 

Compte rendu de la conférence

par Anne Solenn Le Hô, Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF)

La quinzième conférence triennale de l’ICOM-CC qui s’est tenue à New Delhi du 22 au 26 septembre dernier a permis d’échanger autour du thème Diversité dans la conservation du patrimoine : Tradition, innovation et participation. Cette occasion de célébrer la diversité culturelle a suscité de nombreux débats autour des anciennes formes des métiers reliés à l’art toujours présentes dans nos sociétés grâce au travail complémentaire des conservateurs, restaurateurs, scientifiques et artisans, garants de la transmission et de la préservation de cet héritage.

La mise en commun de l’expérience et du savoir professionnel ainsi que la richesse du dialogue autour de sujets ″locaux″ mais aussi de questions plus larges est une nécessité en raison de la démultiplication des interactions, des relations et des intérêts qui se complexifient et se diversifient. La richesse du dialogue établi a rendu possible le rapprochement de l’ensemble des professionnels au service du patrimoine culturel universel. Pendant la conférence générale, plusieurs communications particulièrement intéressantes nous ont livré différentes perspectives sur la situation des musées et du Patrimoine universel.

La vitalité de l’ICOM s’est illustrée par une large participation avec 600 inscrits, et particulièrement une forte représentation de nos collègues d’Asie-Pacifique, une qualité de présentation jamais démentie lors des 189 communications réparties entre les 23 groupes de travail et une capacité d’échange, vecteur du partage des expériences. Les 30 membres de la délégation française, dont 9 représentants du C2RMF, ont pu prendre part aux échanges entre les différentes communautés présentes et profiter de la richesse du dialogue établi.

Au sein des groupes de travail, signalons le nombre important de communications que ce soit en conservation préventive (17), documents graphiques (16), peintures (16), recherche scientifique (14) ou encore métaux (14) traduisant l’engagement du réseau international de professionnels à l’ICOM-CC. Témoin de la modernisation des activités du Comité, l’ensemble des conférences était disponible sur le site de l’ICOM-CC dans leur intégralité, et ce plusieurs semaines avant le début de la conférence. Cette démarche a facilité la diffusion et l’accessibilité des travaux.

Autre réussite majeure, quatre  jeunes professionnels, bénéficiaire de bourses, ont pu assister à leur première conférence triennale grâce à la générosité de l’ICOM. Plus d’une trentaine de bourses ont été offerte à des collègues dont les pays connaissent des difficultés financières.

Par ailleurs dans le cadre de cette réunion, la visite des centres de conservation du National Museum, de la National Gallery of Modern Art, ou encore  de l’Indira Gandhi Centre a permis de discuter des enjeux de la restauration et de confronter les méthodes modernes de conservation aux techniques traditionnelles.

DEMHIST - Demeures historiques

Du 21/09/2008 au 24/09/2008

21 - 24 septembre 2008, Bogotá (Colombie)
Thème : "Historic House Museums as a Bridge between Individual and Community"

UMAC - Musées et collections universitaires

Du 16/09/2008 au 20/09/2008

16 - 20 septembre 2008, Manchester (Royaume-Uni)
Thème : "University Museums and the Community"

ICLM - Musées littéraires

Du 15/09/2008 au 17/09/2008

15 - 17 septembre 2008, Florence et Prato (Italie)
Thème : "Literary and Composers. Museums and Research"

CIDOC - Documentation

Du 15/09/2008 au 18/09/2008

15 - 18 septembre 2008, Athènes (Grèce)
Thème : "The Digital Curation of Cultural Heritage"

ICOFOM - Muséologie

Du 14/09/2008 au 21/09/2008

14 - 21 septembre 2008, Changsha (Chine)
Thème : "Museums, Museology and Global Communication"

CIPEG - Egyptologie

Du 06/09/2008 au 08/09/2008

6 - 8 septembre 2008, Hannover, Hildesheim (Allemagne)
Thème : "Museums cooperation, modern media and museums and crossover exhibitions : Egypt and other cultures"

ICOMAM - Musées d'armes et d'histoire militaire

Du 25/08/2008 au 29/08/2008

25 - 29 août 2008, Rio de Janeiro (Brésil)
Thème : “Des Stratégies pour un Avenir Positif”

CIMUSET - Musées et collections de sciences et techniques

Du 25/08/2008 au 31/08/2008

25 - 31 août 2008, Aarhus, Bjerringbro, Copenhagen (Danemark)
Thème : "Museums and Science Centres in Industrial Society"