ICOM France

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

accueilComité français › Rapport moral

Rapport moral 2015

Le rapport moral 2015 du président a été adopté en Assemblée générale au musée des arts et métiers, le 27 mai 2016.

 

Adhésions

En 2015, le Comité national français a vu 548 nouveaux adhérents rejoindre l’ICOM, ce qui s’est traduit en réalité par un accroissement du nombre de membres de 237 : nous étions 4360 au total à la fin de l’année 2015, soit 4017 membres individuels et 343 membres institutionnels (contre 4123 adhérents au total fin 2014, soit 3 804 membres individuels et 319 membres institutionnels). Cette augmentation s’inscrit dans la continuité de la tendance observée les années précédentes, témoignant de notre représentativité parmi des professions toujours plus diversifiées au sein ou au service des musées.
Le seuil des 4 000 adhérents avait été franchi en 2014. Le nombre de membres du Comité français a été doublé en dix ans. Cet accroissement n’est pas sans risque, dans la mesure où de plus en plus d’établissements, contraints à une rigueur de gestion accrue, s’efforcent de réduire les gratuités d’accès. Nous devons continuer à expliquer, au sein de nos musées, ce qu’est l’ICOM, au-delà de la carte qui fait de nous des visiteurs privilégiés. La réflexion sur les critères d’adhésion menée depuis plusieurs années a été finalisée afin non seulement de toujours mieux clarifier les règles, mais également de mieux les communiquer au-dehors de l’association.

Cette tendance accroît la charge de travail du secrétariat de notre comité. Depuis le 1er juin 2014, Hélène Barucq est employée, toujours à temps partiel, mais en contrat à durée indéterminé. En raison d’un accroissement de la charge de travail du secrétariat, nous avons recruté en CDD Julie Olivier au début de l’année. Benjamin Granjon, nommé conservateur des musées de Noyon, a rejoint son nouveau poste le  1er octobre 2015. Dès que nous avons eu confirmation de sa nomination, à la mi-août, nous avons publié une fiche de poste qui a suscité de nombreuses candidatures. Le 24 septembre, nous fêtions à l’issue de notre Conseil d’administration au musée de la Marine le départ de Benjamin, et le surlendemain un jury composé du président, de la trésorière et du trésorier-adjoint recevait une sélection de six candidats, parmi lesquelles deux se détachaient. Nous avons choisi de recruter Anne-Claude Morice, qui pouvait faire état d’une solide expérience dans des responsabilités analogues au sein d’une association, de dimensions assez comparables à la nôtre, l’Association Internationale des Critiques d’Art. Malheureusement la finalisation de son contrat a connu quelques péripéties juridico-administratives, et elle n’a pu prendre ses fonctions que le 17 novembre, ce qui a décalé dans le temps le traitement des nombreuses demandes d’adhésion qui surviennent en fin d’année. Pour faire face, nous avons recruté en complément Violaine Barthélémy en janvier et février 2016.
Au nom du bureau et du conseil d’administration, je tiens à féliciter et à remercier toute l’équipe de notre secrétariat pour la qualité du travail effectué tout au long de l’année.

La préparation des réunions du Conseil d’administration au cours desquelles sont examinées les nouvelles demandes d’adhésions constitue une importante charge de travail bénévole pour les membres de la commission qui étudient attentivement les dossiers de candidature, et je souhaite remercier celles qui la composent et ont pris part aux réunions pour les adhésions 2015 : Pascale Gorguet-Ballesteros, Marie Grasse, Véronique Milande et Juliette Raoul-Duval.

Avec 4360 membres payants à ce jour, le Comité français de l’ICOM reste le second comité national par le nombre, après le Comité allemand. Ces deux comités accueillent un cinquième du nombre total des adhérents de l’organisation, et procurent un pourcentage beaucoup plus élevé encore des ressources provenant des cotisations. Le montant des cotisations que nos deux comités ont collectées en 2015 représente en effet plus du quart des recettes d’ICOM international provenant des cotisations (pour la France, en 2015 : 528 917 euros de cotisations collectées, dont 426 093 euros reversés à l’ICOM). Ce poids nous confère une responsabilité particulière, nous incitant à être vigilants quant à la manière dont sont employées les ressources ainsi collectées par notre organisation. 

Je voudrais une nouvelle fois saluer le travail de notre collègue, Anne-Catherine Robert-Hauglustaine, élue en 2013 trésorière de l’ICOM, et nommée directrice générale de l’ICOM en 2014. Je la remercie une fois encore de nous avoir régulièrement tenus informés de ce qui se passait au sein des instances dirigeantes de notre association.
 

L’engagement au sein des Comités internationaux de l’ICOM

Les membres français élus dans les bureaux des comités internationaux, au nombre de 17 en 2012, sont désormais 20, dont trois présidents : François Mairesse, élu président d’ICOFOM (muséologie), Myriame Morel-Deledalle, présidente d’ICMAH (musées d’archéologie et d’histoire) et Hugues Dreyssé, réélu président d’UMAC (musées et collections universitaires). Les autres membres français élus dans les comités internationaux sont les suivants : Marie-Françoise Delval, Stéphane Bezombes, Anca Ailincai et Christophe Courtin pour AVICOM (audiovisuel), Patrice Verrier et Eric de Visscher pour le CIMCIM (instruments de musique), Juliette Raoul-Duval pour le CIMUSET (musées et collections de sciences et techniques), Bernard Berthod pour ICOM-Costume, Anne Vanlatum pour ICOM-Glass, Jacques Kuhnmunch et Marion Tenbusch pour ICFA (beaux-arts), Ana-Claudia Fonseca Brefe et Marie Grasse pour ICMAH (musées d’archéologie et d’histoire), Hélène Vassal pour ICTOP (formation du personnel), Jean-Claude Ragot pour ICLM (musées littéraires), Jacques Terrière pour MPR (Marketing et relations publiques), Bruno Boyer pour IC MEMO (musées à la mémoire des victimes des crimes publics), ainsi qu’un membre élu au bureau de l’Alliance régionale ICOM-Europe, Bernard Blache.

En 2015, au titre des aides aux membres afin de leur permettre de participer aux réunions des comités internationaux, le Comité français a été sollicité par trois de nos adhérents. En prenant en charge leurs frais d’inscription, nous avons pu aider un adhérent à participer à la réunion du CIMUSET en septembre à Cracovie, et deux adhérents à celle du MPR organisée en octobre à Erevan. 


Les comités techniques de l’ICOM

Plusieurs membres français sont actifs au sein des comités techniques permanents qui peuvent être saisis par le conseil exécutif pour réaliser des rapports ou proposer des pistes de réflexion sur la vie et l’organisation de l’ICOM :
- le comité pour la déontologie (ETHCOM) se réunit une fois par an et communique collectivement sur les questions de déontologie. J’en suis membre depuis 2010.
- le comité des élections et des nominations (NEC). J’en ai été membre de 2011 à 2015. Dominique Ferriot en est devenue membre en 2015 et en assure la co-présidence aux côtés de Nicholas Croft, président du comité consultatif.
- le comité pour les finances et les ressources (FIREC) : Jacques Terrière en est membre depuis 2014. 


Assemblée générale 2015

L’Assemblée générale 2015 a eu lieu à Marseille le 29 mai 2015 dans l’auditorium du MuCEM, à l’issue des nos deux journées d’études intitulées « Circulation des collections : risquer pour exister ? ». Étaient présents 63 adhérents à jour de leur cotisation, et 29 autres avaient donné pouvoir pour voter en leur nom. 


Troisièmes journées d’études sur la déontologie (Marseille, 28-29 mai 2015)

180 personnes s’étaient inscrites pour participer à ces trois demi-journées d’études. 
Nous avons remercié Jean-François Chougnet, président du MuCEM, de nous accueillir gracieusement dans les remarquables espaces de l’établissement dont il a la charge.
Sur le thème : « Circulation des collections : risquer pour exister ? », ces troisièmes journées ont rassemblé des intervenants du Ministère de la culture, des responsables de musées et de collections, des chercheurs et des professionnels indépendants. Trois tables-rondes ont été consacrées à des thèmes spécifiques : 
La première table-ronde, intitulée : « Propriété des collections : origine et légitimité », a été animée par Claire Chastanier, adjointe au sous-directeur des collections au service des musées de France. La deuxième table-ronde, consacrée à la « surexploitation : vie et survie des collections », a été modérée par Christiane Naffah-Bayle, directrice des collections du Mobilier national.  La troisième session, animée par Anne-Catherine Robert-Hauglustaine, directrice générale de l’ICOM dans la matinée du vendredi 29 mai, était intitulée : « Solutions innovantes : diffuser autrement ». Les 15 intervenants ont pu échanger et répondre aux questions de l’auditoire au cours de ces trois sessions. Je remercie ici ces différents intervenants ainsi que les membres du Comité d’organisation de ces troisièmes journées d’études : Claire Chastanier, Benjamin Granjon, Valérie Guillaume, Philippe Guillet, Véronique Milande, Myriame Morel-Deledalle, Christiane Naffah-Bayle, Grazia Nicosia, Pierre Pénicaud et Anne-Catherine Robert-Hauglustaine.

Nous avons ensuite entendu nos amis Daniele Jalla, président du comité national italien, et Alberto Garlandini, à la fois son prédécesseur et actuel président du comité d’organisation de la Conférence générale de Milan 2016, nous présenter l’état de préparation de cette conférence et en particulier l’état de la réflexion en Italie sur la Charte de Sienne adoptée dans la perspective de la Conférence générale.

En complément de ces deux journées marseillaises, nous avons pu visiter, dans des conditions privilégiées, les présentations permanentes et les expositions temporaires du MuCEM, sous la conduite de Myriame Morel-Deledalle, le Centre de conservation et de ressources du MuCEM avec Émilie Girard, le Centre interdisciplinaire de conservation et de restauration du patrimoine avec Roland May et Jean Fouace, le musée d’Histoire de la ville de Marseille avec Laurent Védrine, et enfin le musée Borély sous la direction de Christine Germain. Qu’ils soient tous ici une fois encore remerciés pour leur disponibilité et la passion qui les anime.
 

Actions et publications

En 2015, nous avons publié les actes de nos deuxièmes journées d’études organisées en novembre 2013 en partenariat avec le service des musées de France, direction générale des patrimoines (et en particulier avec Claire Chastanier, adjointe au sous-directeur des collections) : « Déontologie des collections publiques : intérêt général et acteurs privés ». Ils ont été mis en ligne sur notre site internet http://www.icom-musees.fr et ont fait l’objet d’une version papier de la Lettre n° 38 du Comité français.

Je tiens ici à renouveler mes remerciements aux membres du Comité éditorial : Hélène Barucq, Odile Boubakeur, Jean-Gérald Castex, Françoise Dalex, Louis-Jean Gachet, Benjamin Granjon, et particulièrement Pauline Chassaing pour la retranscription de la table-ronde.

Au titre de l’Accord France-Canada, relancé en 2011, l’appel à projet a permis de financer deux projets durant l’année 2015 : Muséomix, projet entre le musée de Bretagne – Les Champs Libres et le MAC – Musée d’art contemporain de Montréal ; le projet entre le Centre d’histoire de Montréal et RIZE de Villeurbanne. 

A la demande du département des affaires européennes et internationales (DAEI) à la direction générale des patrimoines, le Comité français de l’ICOM a été associé à l’accueil de quatre jeunes professionnels mexicains, du 23 au 28 mars 2015, pour un programme de rencontres dans des institutions françaises de référence en matière de patrimoine photographique. Pour permettre cette action, une dotation de 15 000 euros a été accordée par le ministère de la Culture et de la Communication / direction générale des patrimoines au Comité français de l’ICOM.
Toujours à la demande du chef du DAEI, Bruno Favel, notre comité a été partie prenante de l’organisation, avec le ministère de la Culture et de la Communication et avec le ministère des Affaires étrangères, d’un séminaire de deux jours intitulé « Regards croisés sur la protection patrimoniale et la lutte contre le trafic illicite des biens culturels » auquel ont participé, les 1er et 2 octobre, les représentants de  dix-sept pays d’Amérique latine.


La Charte de Sienne et la préparation de la Conférence de Milan en 2016

Une part très importante de notre activité en 2016 a été consacrée au dialogue avec nos collègues italiens et à la déclinaison, au plan français, des réflexions qui ont été proposées dans le texte intitulé « Charte de Sienne », adopté le 7 juillet 2014 à l’issue de la réunion de 250 professionnels venus d’Italie, d’Europe et du Japon. Il nous a paru essentiel de nous approprier ce texte qui présente la perspective italienne sur la responsabilité des musées à l’égard du patrimoine et des « paysages culturels » qui les entourent. 

Nous avons constitué un groupe de travail composé de Brigitte Coutant remplacée par Sophie Biecheler en cours d’année, Françoise Daleix, Valérie Guillaume, Christiane Naffah-Bayle, Philippe Nieto, Juliette Raoul-Duval, Jacques Terrière, et animé par Louis-Jean Gachet qui en a assuré le secrétariat, en a rédigé les documents d’orientation, s’est déplacé en région pour échanger avec plusieurs responsables de musées et de conservations départementales ou régionales et a proposé le programme de la journée d’études organisée le 27 mai 2016 au Sénat. Dans cette perspective, je suis intervenu à la demande de nos collègues italiens lors du colloque organisé par ICOM Italie à Catane les 16 et 18 octobre, et Jacques Kuhnmunch nous a représentés lors d’une réunion à Brescia les 28 et 29 novembre. 


Le Président, 
Denis-Michel Boëll